Les …lections de la CCF en Saskatchewan en 1944
Saskatchewan Council for Archives & Archivists
Previous Page

Les débuts

Next Page

Les agriculteurs ne s’étaient jamais bien senti dans un régime de dualité de partis formé par des Libéraux et des Conservateurs.  Il y avait un conflit inhérent avec la Politique nationale ; cette politique était plus adepte à établir  des gens dans l’Ouest que de lui offrir un marché stable pour ses produits agricoles.  Ceci n’était jamais plus vrai qu’au début des années 1920.  La Première Guerre Mondiale a mis des pressions économiques et politiques sur le Canada.  Les agriculteurs de l’Ouest, qui, l’on présumait, allaient porter le fardeau de nourrir l’Empire britannique, croyaient qu’en reconnaissance ils seraient dispensés de la conscription et des impôts.  De plus, c’est en essayant de trouver une signification au carnage de la guerre que cela a alimenté un zèle réformateur parmi plusieurs Canadiens.

Membres du Conseil de direction du Parti progressiste de la Saskatchewan 8


Page 1 | Page 2 | Page 3 | Page 4 | Page 5 | Page 6 | Page 7

Dépliant faisant le survol des activités de la Commission du blé depuis 1935. 9

C’est aux élections fédérales de 1921 que le Canada a élu son premier gouvernement minoritaire.  Les agriculteurs des Prairies se sont unis à leurs homologues de l’Ontario sous le chef, Thomas Crerar, un ancien ministre du Cabinet Libéral, et ont proposé de nouvelles politiques nationales sur le libre-échange, sur la nationalisation des chemins de fer, et sur la démocratie directe.  Les Conservateurs ont pris 65 sièges, dont plusieurs de l’Ouest, qui leur permettaient de former le deuxième plus grand parti politique au Parlement.  Le Premier ministre, W.L. Mackenzie King, les nommait sardoniquement les "Libéraux pressés".  Comme ces derniers détenaient la balance du pouvoir, ils ont réussi à imposé plusieurs de leurs réformes au gouvernement.  Les Conservateurs n’ont pas réussi à surmonter leur méfiance des ‘partis politiques’, et donc n’agissaient que rarement en commun.

Pendant le débordement idéaliste des années 1920, les coopératives fleurissaient.  Une coopérative est une entreprise appartenant aux membres et fonctionnant pour leur bénéfice.  C’était une manœuvre radicale  – la coopérative fusait la propriété des moyens de production avec le consommateur.  Les agriculteurs, fatigués par leurs tentatives à convaincre des entreprises de leur offrir des biens et des services à des prix abordables, ont établi des caisses populaires, des élévateurs à grains, des épiceries et même des cliniques médicales.  Ces réformes avaient un précédent historique ; il y avait déjà une crémerie coopérative en 1890.

Page couverture, dépliant du ‘Co-op Mutual Benefit Association’ [Association fraternelle de secours mutuel Co-op] 10

2e  arrêté décrivant les objectifs du Co-op Mutual Benefit Association [Association fraternelle de secours mutuel Co-op] 11

Co-operative Family Protective Society [la Société coopérative de protection familiale] de St Victor, 1940 12

Personnel à l’extérieur de l’édifice du Co-operative Family Protective Society [la Société coopérative de protection familiale], 1940 13



Page d'accueil | Introduction | Les débuts | Le Parti agraire-ouvrier | Le Congrès de Regina |
La démocratie sociale durant la Crise économique | Les élections de 1944 | Conclusion | Hommages | Ressources pédagogiques | Sources | English

© 2004 Saskatchewan Council for Archives & Archivists